Décor et Design

Partez à la découverte de fauteuils design lors d’expositions en France

fauteuil design

Le deuxième trimestre 2018 est fortement marqué par une recrudescence des activités tournant autour de l’art et de design. Parmi les événements les plus marquants, nous pouvons citer la Design Fair de Paris qui est dédiée au design vintage et contemporain, mais aussi la foire installée à la porte de Versailles. Autant de grands regroupements pour l’art, auxquels se rajoute une exposition inédite, consacrée au designer Emmanuel Levet Stenne, sous le nom « I Hardly Ever Think of Design ». Débutée le 5 avril 2018, cette exposition dont le thème signifie littéralement « Je ne pense que rarement au design » se tient jusqu’au 12 mai 2018. Il s’agit d’une exposition monographique qui présente une dizaine de créations inédites regroupant des consoles, des sellettes, des luminaires, etc. Toutes ces créations proviennent de deux collections différentes et complémentaires : Bolchoï et Elytre. De quoi apporter une touche de design à vos espaces de vie, et sublimer votre fauteuil design « In & Out », une tendance mobilier à essayer. Cet événement est abrité par la Galerie Carole Decombe, dans une ambiance conviviale.

Emmanuel Levet Stenne est un designer contemporain qui signe ses propres créations depuis seulement 4 ans avec le soutien de la Galerie Carole Decombe. En marge de sa carrière personnelle, il a travaillé pendant 16 années avec le designer Éric Schmitt, jusqu’en 2017. Ses premières créations étaient principalement des lampes et des luminaires, avant qu’il ne se tourne vers les guéridons et les consoles par l’effet de sa collaboration avec Isabelle Sicart, céramiste de renom. Ses guéridons les plus célèbres sont Volta, Polka, Sirtaki, et Pavane. « I Hardly Ever think of Design » est un grand pas dans la carrière du designer, puisqu’il s’agit de sa première exposition personnelle. Le paradigme Bolchoï de la collection propose des sellettes et guéridons blancs et noirs aux pieds élancés, tandis que les créations Élytre sont élégantes et organiques. Des créations qui s’associent bien à différents types de fauteuils design.

La collection Élytre a des allures à la fois mi-végétales, mi-entomologiques, en proposant des lampes proches du style Bauhaus. Ces luminaires présentent des formes arrondies et des lignes légères. Les suspensions font penser à des ailes de coléoptères, d’autres fois à la disamare des sycomores. Le public découvre lors de cette exposition, des créations pleines de poésie, qui associent laiton poli, marbre, verre et aluminium laqué. Le tout converge vers un environnement à la fois sobre et luxueux, qui donnera encore plus de statures à votre fauteuil design. Dans cette exposition, la froideur des matières que sont la pierre, le métal et le verre est adoucie par les formes arrondies. En termes de couleurs, la puissance du noir et du blanc est atténuée par les tons gris ou plus sombres que l’on retrouve dans le marbre.

L’enfant doit-il faire ses siestes dans son lit ?

chambre enfant

Le sommeil est primordial dans le développement de l’enfant, puisque c’est quand l’enfant dort qu’il grandit et se construit. Pendant le sommeil, les enfants sécrètent une hormone de croissance qui contribue à leur développement, perfectionne leur système nerveux et renforce aussi leur immunité. C’est pour cela qu’il est important que l’enfant dorme dans les meilleures conditions possibles. Le lieu du sommeil faisant partie des critères à considérer. Quand l’enfant est tout jeune, il ne fait pas de distinction entre le jour et la nuit lors de son sommeil, il s’éveille lorsqu’il a des besoins, principalement lorsqu’il a faim. C’est à partir du cinquième mois par là que le sommeil se régule, qu’il dort la nuit et que la sieste fait son apparition. Vous pouvez à ce moment-là l’aider à différencier le jour de la nuit. Pour y arriver, l’une des astuces est de lui permettre de faire la différence entre le sommeil du jour et celui de la nuit, en l’installant hors de sa Petite chambre: Et pourquoi pas un lit superposé? Il peut dormir sur un bout de canapé, dans un transat, dans vos bras, etc.

Peu importe l’endroit de la sieste, elle restera constructive. Contrairement à ce que l’on pense, les bruits autour ne le dérangeront pas, bien au contraire ils contribueront à son apaisement et son assurance. En général l’enfant fait trois siestes par jour, mais cela n’est pas universel, il faut rester à l’écoute des besoins de votre bébé. Le lieu de la sieste participe à son bon déroulement. Plus le lieu est confortable, meilleure sera la sieste. Les lits d’enfant demeurent les lieux les plus appropriés pour la sieste, puisque c’est un lieu qui lui appartient, dans lequel il trouve du bien-être, c’est un lieu qui lui permet de se reposer et de faire des pauses. Toutefois, il faut pouvoir lui permettre de différencier la sieste de la nuit de sommeil, cela passe par des petits gestes. Vous pourriez par exemple laisser la porte entre-ouverte, baisser légèrement les stores ou laisser les volets ouverts, etc.

Même si le lit d’enfant est le lieu parfait pour une sieste, il est possible qu’il la fasse dans d’autres lieux comme sa poussette pendant une promenade, ou ailleurs. Dans le cas où les siestes de jour sont faites dans le lit, la nuit faites-lui comprendre que c’est le dernier coucher de la journée. De nombreuses astuces vous permettront d’y arriver. Instaurez par exemple un rituel le soir, avec ces habitudes, l’enfant saura reconnaître la nuit. Vous pouvez notamment lui chanter une berceuse et lui faire un câlin plus long que les autres, ou encore lui donner son doudou pour la nuit. Tous ces éléments aideront à l’apaiser et à le préparer pour une longue nuit de sommeil loin de ses parents. Afin de rester proche de l’enfant tout au long de la journée, les parents instaurent différents lieux de sommeil comme le side bed, lit avec un côté amovible afin que l’enfant reste proche des parents durant la nuit, ou pour certains le lit parental. Ces solutions permettent de résoudre les problèmes de sécurité et de proximité.

Quel est le type de lit adapté pour vos enfants ?

lit enfant

À un certain âge, votre enfant montre des signes qui prouvent qu’il est temps pour lui de passer à un lit plus grand. Lorsqu’il est capable de s’agripper aux barreaux de son lit de bébé ou de les escalader. Ce signe montre que vous devez lui trouver un lit d’enfant. Les lits d’enfants prennent différentes formes, notamment les lits mezzanine, ou encore les lits évolutifs. Grâce à ce type de lits, vous n’achèterez pas de lit chaque année pour votre enfant, ce dernier évoluera en même temps que votre enfant. En effet, les lits évolutifs sont dotés de systèmes qui permettent de les agrandir afin de les adapter à la taille de votre enfant. Les lits évolutifs conviennent aux enfants âgés entre 2 et 6 ans, au-delà de cet âge, vous pouvez opter pour Anders Paris : un large choix de meubles et accessoires pour enfants et adolescents 

À l’âge de 6 ans, ou un peu moins, un enfant peut grimper les escaliers ou l’échelle qui le mènent à son lit mezzanine. Avant cet âge, les lits superposés ou mezzanines ne sont pas conseillés en tant que lits d’enfants. Ce sont des lits assez hauts qui ne sont pas sûrs pour un enfant aussi jeune. Pourtant à 6 ou 7 ans, le lit mezzanine de créer un espace bureau ou un espace de jeux ou de rangements en dessous du couchage. Ou alors, vous pouvez installer un deuxième enfant en dessous du lit en hauteur. De nombreux modèles de lits mezzanine et superposés sont disponibles dans les magasins et même en ligne. Toutefois, il est important de considérer la sécurité comme le critère numéro un dans le cadre d’un couchage en hauteur, pour y arriver vous pouvez installer une rambarde sur toute la longueur du lit. Optez pour une échelle à forte résistance, ergonomique et des barreaux assez confortables pour faciliter la montée.

Ne négligez pas l’installation d’un point lumineux qui peut être allumé à partir du lit d’en haut, afin que l’enfant puisse allumer avant de descendre de son lit. Gage de sécurité supplémentaire lorsqu’il descend de son lit d’enfant. En termes de couleurs et de goûts, les tendances sont pratiquement les mêmes que pour les chambres d’adultes. Il est vrai que ce sont les enfants qui dorment dans ces chambres, mais ce sont les adultes qui effectuent l’achat. Les tendances les plus sollicitées sont le style rétro, le style scandinave et le style vintage. Les préférences se tournent vers des couleurs neutres, du bois blond. Les couleurs vives sont présentes par les parures, les accessoires et le linge.

Quelles sont les règles à respecter pour choisir un lit d’enfant ?

lit mezzanine

Votre enfant grandit et il est plus que temps de lui trouver un lit plus grand qu’il ne pourra pas escalader. Vous devez donc acheter un lit plus grand qui pourra voir grandir votre enfant, peut-être jusqu’à l’adolescence. Lors de l’achat d’un lit d’enfant, vous avez le choix entre de nombreuses options. Lit mezzanine et superposé pour enfant reste un incontournable, car il apporte du confort à votre enfant, en plus de faire office de cabane pour lui et donner l’impression d’une cabane. En plus des modèles les plus connus, vous devez savoir quels sont les critères à prendre en considération dans le choix du futur lit de votre enfant. Tout d’abord, vous devez choisir un matériau sain et confortable pour constituer le lit de l’enfant. Le choix du bon matériau est le moment le plus important, que ce soit pour le lit d’un garçon ou pour celui d’une fille. Le matériau doit être de bonne qualité et être esthétique. Si vous souhaitez que ce lit dure longtemps et qu’il soit utilisé jusqu’à l’adolescence de l’enfant, optez pour un modèle simple.

Le lit à baldaquin vous convient si vous souhaitez faire une chambre de princesse à votre fille. Ce type de lit se trouve dans la plupart des magasins de ce type avec le fer forgé comme matériau principal. Pour un lit d’enfant classique, il vaut mieux opter pour un modèle en bois. Le lit peut être personnalisé en vous servant d’autocollants et vous pourrez les enlever ou les changer au fur et à mesure que les goûts de votre enfant évolueront. Si vous optez finalement pour le lit mezzanine, vous pouvez lui ajouter des tiroirs qui serviront d’espaces de rangement. Pour personnaliser ce type de lit, vous pouvez repeindre les tiroirs en beige pour un garçon ou en rose pour une fille. Bien sûr ces couleurs pourront être changées avec le temps. Le lit peut également être embelli avec des coussins ou même des posters.

Aussi beau et personnalisé que les lits d’enfant puissent être, il est primordial qu’ils soient sûrs. Les enfants bougent beaucoup en général, alors pour vous assurer qu’ils ne se coupent pas, optez pour des meubles aux angles arrondis. La peinture du lit doit être lisse, sinon vous courez le risque d’avoir des écailles que l’enfant pourrait avaler. Le lit mezzanine est adapté pour les enfants âgés de plus de 10 ans. Avec ce type de lit, l’enfant peut dormir au-dessus du lit et en bas vous pouvez lui installer un espace de jeu, un bureau, un espace de rangement, etc. Pour votre enfant il est aussi important de choisir le bon matelas et le bon sommier, qui lui accorderont un sommeil paisible et réparateur. Choisissez un matelas à la fois confortable et ferme, de préférence en latex, qui est une matière hypoallergénique et protège votre enfant des microbes et acariens. Ce type de matelas assure également le bon maintien du dos ce qui lui permet de bien dormir et grandir sans risques d’avoir des douleurs dans le dos plus tard.

Avant la chaise DSR de Charles Eames, le fauteuil organique

Avant la chaise DSR de Charles Eames, le fauteuil organique

 

Les années 1960 ont été marquées par des meubles révolutionnaires comme les chaises DSR de Charles Eames et bien d’autres modèles. Ces chaises  qui étaient faites avec des matériaux différents comme la fibre de verre, le plastique, le fer, etc. Bien avant cette étape de la vie de nos meubles, il y a eu l’époque du fauteuil organique. Ce fauteuil design fut très certainement le meuble le plus épanoui. L’organic chair, de son nom d’origine a été imaginé et créé par Charles Eames, en partenariat avec Eero Saarinen. Ce fauteuil est un symbole d’évolution dans la sphère du design des meubles durant le 20e siècle. Comment ce fauteuil a-t-il vu le jour ? Quelles sont les circonstances de sa création ?

Au début des années 1940, alors que Charles Eames et Eero Saarinen travaillent sur des projets d’ameublement design bien différents, ils se rencontrent. Tous les deux passionnés du design organique, ils se lancent dans la convention internationale du « Design organique dans la décoration intérieure ». Cette convention était organisée par le Musée d’Art Moderne à New York City. Ils ont travaillé plusieurs mois sur une série de meubles avec des assises différentes, à base de matériaux organiques tels que le bois et le tissu. Rappelons que la chaise DSR de Charles Eames fut créée quelques années plus tard avec des matériaux non organiques. C’est durant cette convention que les deux designers présentent finalement l’Organic Chair. Cette dernière rencontre un succès inespéré, qui permet d’accroître la notoriété des deux artistes.

Ce succès a aidé les deux designers dans leur évolution, ainsi la chaise DSR de Charles Eames a pu être présentée aux bonnes personnes, pareil pour la chaise Tulipe d’Eero Saarinen. Le fauteuil organique présente un design unique, son assise épouse parfaitement les courbes humaines et grâce à cela, l’utilisateur peut se relaxer et se détendre durant des heures. Le design de ce fauteuil est un appel au repos. L’organic chair est une véritable révolution à cette époque où les fauteuils étaient imposants et à base de bois. Malheureusement ce fauteuil ne peut pas être produit en masse à cause de son coût élevé. Le public a dû attendre 10 ans avant de pouvoir acquérir ce meuble. C’est donc au début des années 1950 que ce fauteuil a été commercialisé au public et il a été vendu par millions dès la première année.

Quelles sont les tendances 2016 pour accompagner votre chaise DSR par Charles Eames ?

Quelles sont les tendances 2016 pour accompagner votre chaise DSR par Charles Eames ?

Nous sommes en plein dans l’année 2016, il est temps de s’adapter, de laisser derrière nous les vieilles façons de faire et de redonner un coup de jeune à notre intérieur. Quels sont les principaux changements qui vont marquer le monde de la décoration d’intérieur en 2016 ? Comment aménager les espaces autour de notre chaise DSR par Charles Eames, afin que ni le meuble ni l’environnement ne soient en dissonance ? 2016 marque le retour aux éléments naturels, la nature élira domicile dans votre intérieur et atteindra même des espaces comme la salle de bain ou la cuisine. 2016 sera marquée par une explosion de couleurs, la couleur verte est à l’honneur avec des tons comme le vert clair, le vert-de-gris, le bleu vert et le vert menthe à l’eau. La couleur jaune sera présente, mais moins éclatante, avec des tons plus foncés comme le jaune moutarde.les couleurs pastel ne s’en vont pas et le gris tendra vers des tons bleus et verts.

Même les chaises DSR de Charles Eames sont disponibles avec des assises de couleurs différentes. En ce qui concerne les matières, le marbre, le cuivre et le liège sont les matières incontournables en 2016. On verra plus de revêtements muraux en bronze ou en cuivre. Le marbre sera utilisé en petites touches avec des bibelots ou des petits objets de décoration. On peut également intégrer le marbre dans le mobilier avec des éléments comme la table tulipe. Le liège est une matière durable et naturelle qui s’harmonise bien avec des bibelots en céramique, en bois ou en verre. On découvre le liège fumé qui tend assez vers la couleur chocolat.

En matière d’imprimés, la tendance de cette nouvelle année ne s’éloigne pas trop de celle de 2015, l’esprit scandinave est très dominant. La chaise DSR de Charles Eames s’intègre bien dans une décoration de style scandinave. Les formes géométriques connaissent déjà un grand succès en 2016, depuis 2015, elles se développent et touchent surtout les accessoires comme les tapis, les coussins, et autres tapisseries. En résumé, pour avoir un intérieur tendance en 2016, n’hésitez pas à vous servir des couleurs, pour rester dans le style scandinave, utilisez des matériaux comme le liège ou le marbre en favorisant des coussins ou tapis aux motifs géométriques. Vous êtes prêts pour affronter 2016 dans votre nouvel intérieur design.

Quelles astuces pour choisir un fauteuil de Charles Eames ou d’un autre créateur ?

Quelles astuces pour choisir un fauteuil de Charles Eames ou d’un autre créateur ?

La tendance est à l’achat de meubles tendances et design. Toutefois, les acheteurs actuels ne négligent aucun aspect. Le fauteuil doit être design, mais il se doit également d’être confortable, surtout si l’on compte y passer beaucoup de temps. Le fauteuil de Charles Eames est une des références actuelles en termes de design et de confort, il n’est pas autant sollicité pour rien. L’engouement pour ce meuble est dû au fait qu’il soit design et confortable pour ceux qui s’en servent. Parmi les éléments à prendre en compte avant de choisir un fauteuil, nous pouvons citer le confort de l’assise. Ce qui assure qu’une assise est confortable c’est la qualité et le type de rembourrage. N’oublions tout de même pas que la solidité et le design du fauteuil sont aussi des éléments qui contribuent à le rendre confortable.

Quant au choix, il dépend des personnes, certains opteront pour un fauteuil qui aidera à maintenir leur dos et leur nuque droits, pendant que d’autres opteront pour une assise haute et ferme. En général pour que l’assise soit confortable, elle ne doit être ni trop dure ni trop molle. À l’heure actuelle, la matière la plus confortable pour rembourrer les fauteuils est la mousse HR, haute résilience, car elle est élastique, en plus c’est une matière qui supporte bien le passage des années. La mousse que l’on retrouve dans les fauteuils de Charles Eames est aussi de bonne qualité. On retrouve aussi la mousse bull-tex qui est à la fois légère et résistante, tandis que le duvet et le semi-duvet offrent de la douceur.

Parmi les mousses, on retrouve aussi le crin végétal qui possède de longues fibres bouclées et que l’on recueille des palmiers nains. Cette mousse ne sert pas seulement pour l’assise, on s’en sert également pour les accoudoirs et les bourrelets de fauteuil. Le revêtement est un élément qui contribue aussi au confort du fauteuil. On en trouve de nombreux : en cuir, en tissu ou en synthétique, vous aurez le choix lors de l’achat. Le fauteuil Charles Eames est revêtu de cuir. Notons quand même qu’un revêtement fragile ne tiendra pas longtemps et son aspect dégradera celui du fauteuil au fil du temps. Le cuir tient bien et est agréable s’il est bien entretenu, le coton ne coûte pas très cher et n’accumule pas la poussière, mais est très salissant. Quant aux tissus synthétiques, ils sont plus résistants et plus doux que le coton, ils sont de plus en plus sollicités.

Quel tapis associer à sa chaise DAW de Charles Eames ?

Quel tapis associer à sa chaise DAW de Charles Eames ?

Lorsque l’on souhaite avoir une décoration d’intérieur complète, on peut difficilement se passer d’un tapis. Il est vrai qu’une chaise DSW Eames associée à de jolis meubles peut contribuer à créer un beau style scandinave, mais un tapis apporte une touche particulière à tout l’ensemble. L’utilisation du tapis ne remonte pas à notre époque, elle date des années 1600 lorsque les premiers tapis fabriqués avec des métiers à tisser sont présentés sous l’impulsion de Louis XIV et d’Henri VI. Depuis cette époque, le tapis a fait son bout de chemin et il s’est répandu dans beaucoup de foyers. Il y a quelques années, le tapis était surtout utile pour isoler le sol dans la pièce, depuis quelques années, il sert surtout comme élément de décoration. On retrouve le tapis à l’entrée sous forme de paillasson, mais aussi dans les couloirs, les salons, et même dans les chambres des enfants comme des adultes.

Comme les plaids, les rideaux ou les coussins, le tapis permet de donner un effet cosy aux pièces dans lesquelles il se trouve, cela permet également de casser la froideur qu’une surface carrelée peut dégager. Une chaise DAW Eames posée sur un tapis rend la pièce beaucoup plus chaleureuse que si elle avait été posée sur le sol carrelé. Avec le succès que les tapis rencontrent, on pourrait penser qu’il est facile de trouver et acquérir un modèle de tapis, détrompons-nous, certains éléments sont à considérer avant de sélectionner un tapis : sa taille, ses couleurs, la matière dont il est fait et le modèle afin que le tapis soit totalement adapté à la pièce dans laquelle on le posera.

Un tapis aux bonnes dimensions c’est essentiel. On pense souvent avoir une idée des dimensions dans la tête, mais une fois le tapis posé on se rend compte que l’on est loin du compte. Pour trouver les bonnes tailles, il faut savoir que l’on retrouve sur le marché des dimensions dites standard. En général il y a trois tailles de tapis : le tapis de petite taille mesurant 70×140 cm ou 90×160 cm, ce tapis convient pour poser une chaise DAW Eames. La taille moyenne avec des dimensions de 120x180cm, 140x200cm et 170x240cm. Enfin la grande taille où on retrouve des tapis de 200×300 cm et plus. Il est conseillé de faire dépasser le tapis de 60 cm maximum en dessous d’une table basse ou d’une table à manger. Avant d’acheter un tapis rajoutez donc 120cm aux dimensions du meuble qui sera au-dessus.

Une designer aussi inspirée qu’Eames le créateur de la chaise DSW

Une designer aussi inspirée qu’Eames le créateur de la chaise DSW

Le monde de l’art et des designers est constitué de nombreuses figures, qui marquent le secteur et dont l’influence est de plus en plus grandissante. Ce sont des personnages qui font une forte impression à leurs collègues de profession et qui peuvent quelques fois changer le monde, comme le créateur de la chaise Eames DSW, qui a influencé de manière radicale le monde de l’ameublement design. Stephanie Langard est une designer aux casquettes multiples. Elle est d’abord architecte d’intérieur, ensuite Designer et directrice artistique. Son mode de travail est de s’associer avec les artisans français qui font le mieux leur travail, afin de donner vie à des objets exceptionnels. Fille d’un ébéniste d’art, Stéphanie Langard a très vite été en contact avec les outils, le bois, dans l’atelier que son père avait installé dans la concession familiale en Normandie. D’ailleurs la jeune fille accompagne souvent son père dans les ateliers où il se rend pour montrer ses réalisations.

Une fois qu’elle décide de s’installer à son compte, c’est dans le Faubourg Saint-Antoine qu’elle cherche ses quartiers, car elle y a ses habitudes, grâce à son père et on y retrouve un grand nombre d’ateliers d’artisans. Sa curiosité pour les matériaux et les techniques de fabrication la guide, elle veut essayer, faire tout ce qui est possible. Toutefois comme elle le dit elle-même, l’inconvénient c’est qu’il  y a de fortes chances de se disperser. On se souvient aussi que le créateur de la chaise Eames DSW n’était pas que designer, il portait plusieurs casquettes et excellait dans chacun de ses métiers.

Stéphanie aime travailler avec les matériaux naturels, elle y trouve des défauts, qui pour elle, font la beauté des choses. Actuellement elle travaille sur la création de boîtes en ronce de chêne élaborée à partir d’une souche qui compte de nombreux nœuds. C’est un fait assez exceptionnel puisque généralement les chênes sont traités pour que l’on n’y retrouve pas de tels défauts. La designer regorge d’idées, ce sont de telles idées qui ont été à l’origine de réussites intemporelles comme la chaise Eames DSW. Le plus important pour la designer c’est son matériel de travail, qui est essentiel dans la réalisation de ses œuvres. Dans la fabrication de certains de ses outils, elle a reçu l’aide de son frère qui est ingénieur.  Notons que Stéphanie Langard a présenté sa « Chaise d’arbitre » en 2015 à la galerie Joseph.